LA POSITION DU TAILLEUR = SUKHASANA = POSTURE FACILE:

C’est une posture de base du yoga, elle est idéale dès le plus jeune âge. Cette posture maintient l’esprit de la personne focalisé parce qu’elle exige qu’il se repose tout droit. Dans cette position le corps forme un sorte de trépied et apporte une stabilité propice à une bonne concentration, l’esprit est alors libéré du besoin de se porter sur son équilibre physique. Elle favorise l’ouverture des hanches, la verticalité, stabilise la colonne vertébrale, et ouvre la cage thoracique.

Elle aide au renforcement du coeur, des poumons, de la ceinture abdominale et des articulations des membres inférieurs, elle facilite un meilleur fonctionnement des systèmes digestifs et excrétoires et détend tous les muscles qui ne travaillent pas: épaules, bras, mains, cou, visage… La position assis tailleur permet un travail en douceur de toute la ceinture pelvienne et des muscles périnéaux. Elle permet un bon alignement de la colonne vertébrale et un relâchement du corps et de l’esprit.

C’est une position assise dans laquelle les jambes sont croisées, les pieds sont sous les genoux opposés, les ischions reposent au sol, la colonne vertébrale et la tête sont droites et alignées. Elle favorise l’ouverture des hanches et étire la colonne vertébrale. Elle stabilise le bassin et centre la tête du fémur dans l’os iliaque. Elle redresse le tronc et la tête et crée un effet apaisant. Dans cette position, la personne peut regarder calmement les personnes qui l’entourent ce qui facilite grandement la communication par le regard et le langage. D’un point de vue orthopédique Elle place les hanches en forte abduction, flexion et rotation externe. Elle étire les adducteurs, les extenseurs et les rotateurs internes des hanches. Cette position est notamment indiquée chez les enfants souffrant de dysplasie de hanche.

La position assise en tailleur réduit progressivement les tensions corporelles et favorise la méditation. Dans cette posture, le corps s’assouplit, l’esprit suit. l’énergie rencontre de moins en moins de noeuds dans le corps et circule de mieux en mieux, alimentant également mieux l’esprit. Au prix d’un travail sur sa souplesse, elle permet à la personne de se libérer de questions triviales lorsqu’elle désire méditer.